3 nov. 2016

Rencontre avec les créateurs de l'application eFish

 

Lauréat de la 3e place lors du défi AquaHacking 2016, l'équipe derrière l'application eFish nous présente l'intérêt d'une telle application pour la communauté de pêcheurs et les défis à venir pour le lancement officiel de cette applciation en 2017.

Pouvez-vous nous présenter l’application eFish? Son intérêt pour les pêcheurs? 

eFish est une application mobile sur les poissons pêchés sportivement dans le Saint-Laurent afin de :

  • Aider les pêcheurs à identifier les poissons (il existe 118 espèces d’eau douce) (en utilisant aussi les résultats des inventaires de poissons réalisés par le MMFP);
  • Fournir aux pêcheurs de l’information à jour tant sur la règlementation que sur les nouvelles pratiques.
  • Rendre plus simple la consultation de la règlementation de pêche en permettant d’y accéder en fonction de la géolocalisation du pêcheur;
  • Montrer les accès pour la pêche en fonction de la géolocalisation du pêcheur;
  • Obtenir des pêcheurs les signalements de leurs captures et de leurs observations sur le terrain (espèces envahissantes, anomalies, maladie) pour consolider les inventaires du MFFP et développer une science citoyenne en partenariat avec les scientifiques universitaires du GRIL (Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique); Les pêcheurs pourront aussi partager de l’information sur l’état de santé du lieu de pêche, avertir les autorités de la présence d’efflorescences d’algues toxiques ou de poissons en mauvais état de santé, etc.
  • Les pêcheurs pourront donc envoyer une photo de leur plus belles prises, leurs statistiques de pêches avec la communauté de pêcheurs sur eFish ou sur les réseaux sociaux préférés.

Pouvez-vous présenter brièvement votre équipe?

Nous sommes une équipe de biologistes spécialisés en eaux douces (membres du GRIL: le Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique et du MFFP: Ministère des forêts, de la faune et des parcs) et deux spécialistes du domaine des technologies, tous passionnés par l’idée de développer une application interactive pour mieux informer les pêcheurs et contribuer à protéger le Saint-Laurent, sa biodiversité et ses ressources.

 

Comment vous est venue l’idée du projet eFish?

L’idée est née lors du “derby de recherche” où les scientifiques du GRIL étaient invités à développer des problématiques pour le défi Aquahacking. Notre équipe était composée de chercheur(e)s intéressés à avoir plus de données sur la biodiversité des poissons et certains étant aussi des amateurs de pêche, nous nous sommes rapidement pris au jeu de développer la vision d’une application concrète. En parallèle, le ministère des Forêts de la Faune et des Parcs avait proposé un projet comparable et nous avons associé nos forces pour le réaliser ensemble.

Concrètement, quel est l’intérêt pour le monde de la plaisance?

eFish comprendra une carte des plans d’eau avec différents secteurs de pêche comprenant des informations sur les espèces de poissons présentes. Ultimement, eFish pourrait fournir l'évolution temporelle du stock des principales espèces présentes pour tous les secteurs répertoriés. Grâce à ces informations, les pêcheurs pourront non seulement choisir les zones de pêche qui leur conviennent le plus, mais aussi connaître l'état de la diversité et des stocks de poissons dans leurs coins de pêche favoris. Cette carte sera mise à jour régulièrement avec les données des rapports de pêche et comprendra également les accès connus aux zones de pêches.

-eFish facilitera l’accès à la pêche avec son guide d’identification des espèces, l’aide supplémentaire de la communauté de pêcheur utilisant l’application et un logiciel de reconnaissance visuelle. Les plaisanciers qui n’ont pas la chance de connaître les espèces de poissons pourront donc s’initier à la pêche, même s’ils n’ont pas un ami pêcheur.  Un autre point important est que les règlements seront aussi plus faciles d’accès grâce à eFish. Finalement, parce qu’eFish aidera à signaler la présence d’une nouvelle espèce exotique, ça aidera les pêcheurs à prendre soin de leurs sites de pêches préférés.

-L’application permettra aussi aux scientifiques de faire un suivi plus précis des espèces envahissantes, des espèces en péril, et des écosystèmes aquatiques; ce qui aidera à maintenir la qualité des cours d’eau pour les plaisanciers.

- Finalement, l’application aidera les plaisanciers à trouver les points d’accès pour pêche le long du Saint-Laurent.

Quels ont été les défis majeurs dans la conception de votre projet?

On nous a beaucoup questionnés la façon dont nous allons convaincre les pêcheurs d’utiliser l’application, c’est un aspect sur lequel nous travaillons beaucoup, car le succès du projet repose sur l’intérêt que les pêcheurs, nos utilisateurs, porteront sur l’application.

Quand avez-vous prévu de lancer officiellement eFish? Sera-t-elle totalement gratuite ou utiliserez-vous un freemium?

Nous espérons lancer officiellement l’application en 2017, selon son état d’avancement et le financement. Les amateurs de pêche pourront exprimer leur appréciation en cliquant sur notre page Facebook (eFish) et en y déposant leurs suggestions.  Ils pourront également inscrire leur courriel à notre site: eFish. pour avoir des nouvelles sur le lancement ou pour participer à tester des versions préliminaires. Nous sommes encore en réflexion sur le coût. Il se pourrait que nous gardions certaines fonctionnalités plus avancées payantes, mais il sera certainement possible d’utiliser la majeure partie de l’application gratuitement.

Qu’allez-vous faire des 5 000$ remportés lors du sommet Aquahacking?

Nous l’avons distribué aux étudiants qui travaillent sur le projet pour payer leur temps. 

Comment l’AMQ peut vous aider dans l’avancement de votre projet?

L’information concernant les accès aux plans d’eau que l’AMQ a compilée dans l’application iNautique est recherchée par les pêcheurs, il serait peut-être intéressant de penser à un partenariat où eFish pourrait référer à iNautique pour renseigner les utilisateurs sur les accès aux plans d’eau.