4 nov. 2016

Rencontre avec les créateurs de l'application Go-Explo

 

Lors du dernier défi AquaHacking 2016, l'équipe derrière l'application web Go-Explo a obtenu la 4e place pour la conception d'une plateforme ludique qui incite les citoyens à se réapproprier le fleuve. Nous leur avons posé quelques questions sur les défis à venir pour cette application qui entend sensibiliser la population aux enjeux environnementaux.

Pouvez-vous présenter brièvement votre équipe

L’équipe est constituée de 6 étudiants au doctorat de l’INRS (centre Eau Terre Environnement) : Yohann Chiu, François Clayer, Etienne Foulon, Charles Gignac, Sarah Goubet et Marie-Ève Jean. Nous possédons des compétences complémentaires et sommes tous les 6 passionnés par l’eau et l’environnement. Nous avons ainsi été réunis tout naturellement dans le cadre d’un défi  pour la préservation du fleuve Saint-Laurent (AquaHacking).

Comment vous est venue l’idée du projet Go-Explo?

Nous avons entendu parler du défi AquaHacking en mai 2016 et avons décidé de former une équipe, car nous pensons pouvoir contribuer à la mise en valeur du fleuve St-Laurent. Nous avons étudié en détail les différentes problématiques du défi. Après entretien avec certains organismes qui œuvrent pour le fleuve, nous nous sommes rendu compte que la sensibilisation du grand public pour les enjeux environnementaux du Saint-Laurent faisait encore défaut. À partir de là, il fallait trouver une solution qui intéresserait tout le monde, car nous voulions viser le grand public. Notre réflexion a ainsi mené à la création d’une application ludique et scientifique de découverte du fleuve.

Concrètement, quel est l’intérêt pour le monde de la plaisance?

Le monde de la plaisance pourrait bénéficier de Go-Explo par la découverte de points d’intérêt maritimes. En effet, l’application permet de répertorier et de documenter différents points d’intérêt et d’accès au fleuve Saint-Laurent que ce soit des plages, des rampes de mise à l’eau, des marinas, mais aussi le lieu d’échouage de certaines épaves, des zones intéressantes pour la faune et la flore et bien d’autres sites plus méconnus du grand public! La particularité de Go-Explo est aussi de donner à l’utilisateur l’occasion d’en apprendre davantage sur certains phénomènes naturels ou enjeux reliés aux sites visités. Par exemple, le plaisancier utilisant Go-Explo pourrait en apprendre sur le phénomène d’érosion des berges, de surverses des eaux usées, le transport maritime dans sa municipalité, etc. Finalement, en plus de sites d’intérêts à visiter pour les plaisanciers, la carte interactive  permet de répertorier les événements rattachés  au fleuve, tel que des défis sportifs de la région, des conférences sur l’eau ou même des activités bénévoles qui s’organisent pour protéger le littoral. Ainsi, les utilisateurs pourraient être amenés à participer à ces divers événements. En visitant un site, l’utilisateur peut partager son expérience, ajouter des photos, poser des questions, c’est très interactif! En fait, à mesure qu’il explore le fleuve, l’utilisateur évolue ce qui lui donne certains privilèges dans l’application. Go-explo vise vraiment la sensibilisation aux richesses du fleuve par la découverte, et encourage donc tous et chacun à profiter du fleuve comme un lieu de plaisance, mais aussi d’apprentissage.

Quels ont été les défis majeurs dans la conception de votre projet?

Nous souhaitions dès le départ répondre à une problématique de sensibilisation et de protection. Dans cette optique, il nous fallait développer un concept qui toucherait un public large. Cela a été un processus long et le projet a d’ailleurs changé complètement d’idée en cours de route. Ensuite, il a fallu à le concrétiser en application. Nous avons aussi passé beaucoup de temps à répertorier les points d’intérêt et à trouver l’information scientifique les concernant.

Quelle sont les défis à venir pour Go-Explo?

Dans les prochaines semaines, nous comptons lancer la commercialisation auprès du grand public. Ainsi, nous sommes en recherche active de partenaires touristiques et commerciaux afin d’offrir aux utilisateurs des privilèges intéressants à mesure qu’il découvre le fleuve (réduction dans certains parcs, bars, restaurant, etc.). Nous sommes aussi en négociation plus concrète avec certains organismes et le but est de parvenir à une plate-forme qui répondra à chacun des besoins. En ce moment l’application est fonctionnelle via le site web : https://go-explo.ete.inrs.ca/carte.php, mais est en processus de transfert vers https://goexplo.ca/. Elle peut donc s’utiliser par cellulaire s’il est connecté à Internet. Nous évaluons la possibilité de transférer Go-Explo directement en application mobile téléchargeable dans le Google Store. Plus de 2000 sites ont été répertoriés, toutefois seulement ceux de la région de Québec ont été enrichis de contenu scientifique et événementiel. Dans les prochains mois, il faudra donc que Go-Expo bonifie l’information disponible pour chaque site répertorié et règle les problèmes techniques, s’il y en a.

Qu’allez-vous faire des 3000$ remportés lors du sommet Aquahacking?

Nous avons remporté la 4ème place au défi ainsi qu’un prix de 3000$. Une partie de cet argent servira aux frais de développement et de maintenance de l’application. Notre participation en tant que finaliste du concours nous a aussi permis de faire connaitre notre application et de mettre en places de futurs partenariats.

Comment l’AMQ peut vous aider dans l’avancement de votre projet?

L’AMQ peut nous aider dans la médiatisation et la diffusion de notre application. En effet, nous obtiendrions une crédibilité auprès d’un large public (les plaisanciers) et entretiendrons un lien avec ce même public pour être attentif à ses besoins et y répondre de façon plus pertinente. De plus, peut-être que l’AMQ aurait des données à diffuser au sein de l’application, tel que des événements, du contenu scientifique ou des sites d’intérêts en bordure du fleuve?