18 mai 2018

semaine nord-américaine de la sécurité nautique

 
 
Brossard, le 16 mai 2018 - La semaine nord-américaine de la sécurité nautique se déroulera du 19 au 25 mai. L'Association Maritime du Québec (AMQ) et son partenaire la Société de sauvetage profitent de cette occasion pour dresser un état des lieux des noyades dues aux activités nautiques au Québec, mais aussi rappeler les consignes essentielles qui peuvent sauver des vies.
 
 
Selon un récent rapport émis par le bureau de la sécurité nautique et mandaté par Transports Canada, 79 décès liés aux activités nautiques ont été dénombrés dans la province entre 2013 et 2017. Le directeur de l'AMQ, M. Alain Roy se félicite de constater une diminution du nombre de noyades, mais souhaite aller plus loin: "Je suis très fier de constater que cette baisse soit associée aux nombreuses campagnes de sensibilisation que nous avons pu mettre en place au Québec. J'en profite pour remercier nos nombreux partenaires qui nous appuient chaque année pour transmettre nos messages de sensibilisation. Le succès de notre dernière campagne Suivez la vague plébiscitée par les plaisanciers nous confirment que nous sommes sur la bonne voie. Pour autant, le bilan actuel des noyades au Québec fait déjà état de 10 morts depuis le début de l'année alors que la saison nautique n'a pas encore commencé. Ce triste constat nous rappelle l'importance de répéter les messages relatifs à la sécurité nautique" a conclu M. Roy.
 
 
De son côté, la Société de sauvetage par la voix de son président M. Raynald Hawkins rappelle l'importance de rejoindre les populations les plus à risque de se noyer. "Nous constatons depuis plusieurs années déjà que le profil des noyés reste le même" de rappeler M. Hawkins. "Dans la plupart des cas, il s'agit d'hommes qui connaissent bien le plan d'eau sur lequel ils naviguent. Ce sont de bons nageurs, mais ils ne portent pas toujours un vêtement de flottaison individuel (VFI)" a terminé le président. 
 
 
Les 5 règles de base de la sécurité nautique:
 
* Porter son VFI (vêtement de flottaison individuel) ou son gilet de sauvetage.
 
*  Ne pas consommer d'alcool en conduisant. La fatigue, le soleil, le vent et les mouvements de l'embarcation engourdissent les sens. L'alcool intensifie ces effets, en réduisant la motricité fine (par exemple, la coordination œil-main) et en affectant le jugement. 
 
*  Suivre un cours de navigation. S'aventurer sur l'eau sans formation équivaut à conduire une auto, une moto ou un camion sans avoir suivi un cours de conduite. Sur l'eau, de nombreux facteurs peuvent affecter la conduite (vents, marées, courants). La formation prépare adéquatement et aide à bien réagir en fonction de ces facteurs. 
 
*S'assurer d'être prêt. Une bonne préparation inclut, entre autres, d'inspecter son embarcation, de surveiller les conditions météo, de faire un plan de navigation et le diffuser et de s'assurer d'avoir tous les équipements de sécurité à bord de son embarcation. 
 
*  Ne pas sous-estimer l'effet de l'immersion en eau froide. Tomber dans une eau dont la température est inférieure à 15° peut paralyser les muscles instantanément. Les premières minutes, qui correspondent au choc hypothermique, sont les plus critiques. Si l'on survit à cette première phase, l'épuisement à la nage et l'hypothermie sont les prochains dangers qui guettent le plaisancier. 
 
 
Bilan des 5 dernières années en quelques faits saillants (2013-2017)
 
*  79 noyades ont eu lieu sur les plans d'eau du Québec
*  87 % des victimes étaient des hommes
*  60 % des victimes avaient entre 40 et 59 ans
*  50 % des noyades ont eu lieu au cours des mois de mai, juin et juillet
* 70% des noyades ont eu lieu dans un plan d'eau intérieur (lacs, rivières)
* 70% des noyades se sont produites à cause d'un chavirement
* 80 % des victimes ne portaient pas leur VFI ou le portaient incorrectement 
* 50% des victimes s'adonnaient à la pêche quand le drame est survenu